Pourquoi parler de douance ?

Parce que c’est
un sujet tabou
et méconnu


Lorsque l’on met un mot sur une  » condition  » cela ne la change mais l’explique.

Certaines personnes débordent
tout simplement.

On peut même les appeler
 » les intenses ».

Combien de fontaines à idées se restreignent
pour mieux se fondre dans le décor?

En savoir plus

La multipotentialité

D’autres termes pourraient convenir.

Certaines personnes ont 1001 vies avec de la curiosité et des talents

qui ne laissent pas (toujours) entravées par des pensées limitantes.

Dès lors un don est un talent travaillé.

À force d’essayer, il y a des apprentissages tranversaux et cela s’entrecroisent.

Va naître la capacité d’explorer de multiples sphères professionnelles, sociales et personnelles…

En suscitant possiblement des regards interrogateurs ou même réprobateurs.

Si nous cessions de s’en vouloir d’être multiples?

Que les hypersensibles et les hyperlucides se retrouvent et se reconnaissent, enfin.

Les réponses peuvent venir de lectures, de conversations et même de TED Talks!

Le sujet de la douance appartient aux enfants qui un jour deviendront grands.

Où sera leur place si on leur rappelle qu’ils ont une case à occuper et que leur multipotentialité suscite la méfiance ?

C’est un monde d’incompréhension et de souffrance que l’on soustrait en se disant que la douance est une question d’intelligence!

Ce monde appartient à des professionnels.

Témoignages et savoirs d’expérience peuvent

suffire pour se reconnaître.

Rencontre des gens comme Elena Luz ancienne photojournaliste qui offre des cours à sa communauté tout en tenant une boutique de bols tibétains, de minéraux et de cristal.

Sausalito, Californie

Photo: Fanie Lebrun

2 en 1

Artrepreneure et militante pour les profils atypiques

Fanie Lebrun – artiste multidisciplinaire en photographie, écriture et illustration minimaliste

Voir Bio atypique

Avec une intention de relayer l’existence du concept de  »Douance Autrement » et de susciter l’envie d’explorer les alternatives provient du fait que l’on peut croiser beaucoup de professionnels sur notre chemin et aucun ne soit au courant du sujet .

Alors pourquoi ne pas faire dans la fantaisie? Aborder le sujet de manière détournée ?
De permettre aux profils atypiques de se reconnaître dans les sujets ?

Possiblement de se dédouaner d’être multiple, intense et autres et de trouver des voies de réflexion et d’expression.

S’inspirer de produits artistiques

pour sortir du moule et explorer les alternatives.

Voir les produits artistiques


Mots-clés : Curiosité et passion

Le sentiment d’imposteur peut-être un excès d’intégrité (de l’intérieur) ou de se trouver dans des conditions inadéquates (de l’extérieur).

Il est mieux de se définir par soi-même.

Si d’être un.e artiste, c’est d’avoir une vision qui s’incarne avec une intention matérialisée dans une création, j’en suis.

Au sens de la loi, je ne suis pas reconnue artiste professionnelle donc les droits d’auteur perçu sont considérés comme des revenus bruts et ne rentrent pas dans la case que les artistes peuvent utiliser pour des déductions.

Cela est un irritant mais pas un empêchement majeur pour éroder l’envie d’exercer.

Être artiste c’est comme être entrepreneure, un mélange d’audace et d’humilité à renouveler.

Les 2 ensembles – Artrepreneure

Cela permet de traiter des arts et de la culture lié au développement des affaires.

De la création de proximité

pour sortir du moule

et explorer les alternatives!

En savoir plus

«  Si d’être un.e artiste, c’est d’avoir une vision

qui s’incarne avec une intention matérialisée

dans une création, j’en suis.  »

— Fanie Lebrun

Pourquoi certains
d’entre nous n’ont
pas de vocation ?

Emily Wapknick – TEDxBend – Que voulez-vous faire quand vous serez grand ? Si vous n’êtes pas sûr que vous voulez faire la même chose pour le reste de votre vie, vous n’êtes pas seul.
Dans ce discours illuminant, l’écrivain et artiste Emilie Wapnick décrit le type de personnes qu’elle appelle « multi-potentialistes » : ceux qui ont toute une palette d’intérêts et de métiers pendant leur vie. En êtes-vous un ?

Elizabeth gilbert parle du génie (auteure de mange, priet et aime)

Elizabeth Gilbert – TED 2009 – traite des attentes impossibles que nous avons envers les artistes et les génies. Elle avance une idée radicale : au lieu de dire que quelques rares individus « sont » des génies, on pourrait dire que nous « avons » tous un génie. Il s’agit d’une intervention drôle, personnelle et étonnamment émouvante.

À propos

Cela prend des leviers pour les profils atypiques et leur entourage (famille, ami.es, intervenants, etc.) pour se dire et être entendu.e et possiblement trouver des stimulations multidimensionnelles.

En savoir plus

10 questions

Le profil atypique est large et flou à la fois! Débutons par l’angle des SurExcitabilités de Dabrowski

Cela est un exercice pour vous donner un aperçu, si vous hochez de la tête à plusieurs reprises, vous êtes à la bonne place et vous trouverez certainement d’autres informations utiles sur ce site.

En savoir plus

Contact

Artrepreneure

pour que les arts et la culture soient au service de la communauté.

Si la simplicité fait des miracles,
les idées font de la magie !

En savoir plus

Les profils atypiques ont tendance ressortir du lot malgré tous les efforts à passer incognito.

Pour aller plus loin

C’est un sujet sensible…pour les hypersensibles/hyperlucides!

Nous avons tendance à nous taire par crainte d’être perçu.e comme des gens qui se vantent.

Pourtant, c’est un sujet complexe qui n’enlève en rien la souffrance de l’hypersensibilité et de l’hyperlucidité, avec ou sans explications potentielles.

Avant j’assumais difficilement ma personnalité intense et maintenant, je la célèbre! Le monde a tant besoin de finesse intellectuelle et de sensibilité particulière que je tente d’en faire un atout.

À mon sens, je préfère utiliser le terme atypique en faisant référence à un profil plutôt qu’à un test de QI qui m’apparaît plus contraignant (en démarche et en coût, sans parler du manque de ressources adéquates en accompagnement).

Je ne détiens pas la vérité, je souhaite plutôt faire des propositions.

Une proposition n’est pas un dogme,
ni une vérité absolue

Oui, des propositions pour sortir du moule et d’avoir des alternatives sous la main!

Que vous soyez d’accord ou non avec ces propositions, si elles vous permettent d’aborder le monde autrement, de vous positionner avec une nouvelle grille de lecture ou même de vous intéresser à d’autres sujets connexes qui vous feront du bien, mission accomplie!

Ainsi, vous aurez exaucé le souhait de partage et cela donne envie de combattre le repli sur soi par la conversation avec les pairs!

C’est aussi d’ouvrir la porte sur un monde que j’aurais tant voulu connaître bien avant et qui m’a permis de faire la paix avec moi-même (bah cela paraît simple dit comme cela… Il n’en reste que ce n’est pas gagné et j’alterne entre avancement et régression. À force de lecture et de discussion, je gagne en bienveillance et pouvoir de création).

Vous trouverez ici-bas des activités/références qui permettent une parole et une réflexion



Récemment, ce qui m’a fait du bien



Valeurs, Engagements, Deconfinement Carlos TINOCO, Sandrine GIANOLA

Ce contenu est relayé par

Icône de site

Pourquoi parler de douance ?

Il serait réducteur d’aborder le sujet que par la ‘’performance cognitive ‘’ à laquelle on s’attend lorsqu’on aborde le sujet. Il y a les statistiques et il y a le vécu autrement.

Selon l’Association québécoise pour la douance, « on tend à définir comme ayant un haut potentiel intellectuel, les individus avec un QI supérieur à 130, donc autour de 2,5% de la population. En France, plusieurs auteurs recommandent un seuil de 125, ce qui inclut plutôt 5% de la population. »

En se basant sur la population québécoise âgée entre 18 ans et 64 ans1,
multiplié par environ 2,5%soit la population de personnes susceptibles d’être
à haut potentiel, on pourrait estimer àplus de 131 000 personnes concernées
au Québec (voire jusqu’à 263 000 personnes si l’on utilisait le 5% de la France).

1- Institut de la statistique du Québec

Minorité étudiée

Sous prétexte que cela est une minorité, le sujet reste méconnu et très peu étudié.

Parce que peu de recherches font peu d’articles peu publiés, il est à mentionner que ce document est une excellente entrée en matière;

Le profil hyperréactif des adultes doués: Bilan des particularités et regard critique
sur les méthodes d’évaluation
– Claudia Pelletier (Essai 3e cycle- UQTR)

depot-e.uqtr.ca/id/eprint/6878/

Les gens doués et les ‘’surexcitables’’  sont traités ensemble pour permettre à plus de gens de s’initier au sujets, sans nécessairement attendre un dépistage officiel.

Combien de personnes passent sous le radar (de dépistage ou du moins s’en douter et de savoir que cela existe) ?

Parce que vivre ‘’en intensité » si les conclusions de la science se maintiennent, certaines personnes auraient une gaine de myéline plus épaisse qui rend les neurones plus efficaces en transportant plus d’informations, plus rapidement.

Avec un environnement qui sursollicite – avec plus de tout à traiter – cela peut devenir épuisant à la longue (d’une journée comme de plusieurs décennies).

Si l’un jour le sujet est creusé, peut-être verrions-nous des liens de cause à effet de fuite par l’alcool, de médicaments, violence, etc.

Comme d’autres utiliseront les arts (comme les sports) pour canaliser l’énergie ou libérer la tension émotionnelle.

Pourquoi canaliser l’énergie ou libérer la tension émotionnelle? Pourquoi s’intéresser aux SE (SurExcitabilités) est-il réconfortant ?

Pour comprendre qu’un faible signal peut donner une forte réponse. À force de forte réponse cela peut devenir épuisant pour soi-même et pour son entourage si l’on ne comprend pas d’où cela provenir. En faisant le tour des 5 SE, il est possible de repérer les sources sont multiples. Si l’on ne porte pas attention à ce qui occasionne un stress (réponse d’adaptation) par une surstimulation… ou une sous-stimulation selon. Entre exaltation et l’ennui, il y a peu de marge ou un monde de possibilités.

Intuition scientifique

Encore une fois, peu d’études pour le prouver juste un croisement de donner pour en arriver à l’ « intuition scientifique ». Si notre milieu socio environnemental nous occasionne de la tension émotionnelle et de se connaître peut les atténuer (mais ne pas les empêcher) pourquoi ne pas s’y intéresser pour explorer ? Pourquoi ne pas tenter de les apaiser pour vivre mieux, pour se libérer.

(Peut-être avez-vous grandi dans une société genrée – les sports pour le masculin et les poupées pour le féminin ce qui demande s’affranchir des codes inculqués et de se tourner vers ce qui nous parle !)

Il y a tant d’ouvrages et de références à consulter pour se faire une tête soi-même !

(voir « Adultes doué.és et paroles décomplexées » – Salon de la Neurodiversité 2021)

Et les arts là-dedans ?

Les arts pratiqués où l’on s’immerge la tête et le corps, ce qui nous plonge dans l’instant présent nous offre une pause sur le temps.

Certains hypersensibles et hyperlucides aiment ressentir des émotions (agréables de préférence) et apprécient d’y trouver du sens (qui trouvera écho, avec une certaine signification, même une cohérence). Par contre, certains sont dans la recherche de l’absolu en se comparant à des génies. Jouant merveilleusement de la musique, certaines personnes ne joueront pas en public en disant : Oui, mais je ne suis pas Mozart!

Il y a de ces gens capables qui gagneraient à se faire connaitre mais se retienne de se dévoiler!

Le loisir avant la performance

Les arts qui s’accueillent ou se pratiquent peuvent apporter une forme d’exutoire (sortir le trop-plein) ou d’inspiration (s’offrir un souffle intérieur)

Il serait intéressant de revisiter les arts et la culture comme un levier à la réflexion et à l’expression.

D’une part, pour que ‘’les intenses’’ trouvent une voix pour libérer les tensions émotionnelles (parfois à force d’adaptation, on n’ose plus s’ouvrir…) et d’autre part, de se faire plaisir à être dans le FLOW tout simplement.

Allier douance, multipotentiel, hypersensible, surexcitabilités et cie, cela est l’illustration que l’humain a des contours flous et difficiles à définir. Que ce flou artistique a le mérite de permettre aux personnes de sortir du moule pour explorer les alternatives et de ne pas s’arrêter à des étiquettes mais plutôt s’en servir pour aller voir ailleurs.

Par les arts et la culture ou autres!

Parlez-en autour de vous pour que cela devienne un sujet courant, accessible et connu, pour que les études viennent outiller les professionnels et que ce soit naturel d’être multiple, artiste ou non.

Recevez du nouveau contenu directement dans votre boîte de réception.

Propulsé par WordPress.com.
%d blogueurs aiment cette page :