Neurophysiologie

Vécu: Se réveiller en pleine nuit et comprendre qu’il n’y a aucune pilule pour ce que j’ai ! Si je changeais d’idée en me tournant vers la médication, ça ne donnerait rien. Je suis comme cela jusqu’à la fin de mes jours…

Défis: De prendre le chemin de la découverte en m’ouvrant à un maximum de concept et en acceptant que cela restera avec des incertitudes, des contradictions, ambiguïtés, etc.

De savoir peut-être une malédiction et que la souffrance ne disparaît pas avec la connaissance, elle ne fait que s’apaiser.

Transmettre le contexte et les nuances des singularités est demandant bien que c’est un des meilleurs moyens d’adapter son environnement pour en diminuer les effets « bioamplificateurs ».

Liens: L’impact incontestable de la neurophysiologie sur le rapport au monde et à soi-même.

La navigation dans les eaux de la douance et autres appellations (haut potentiel intellectuel – HPI, zèbre, surefficience, etc.)

Conjugués les HYPER (lucidité/sensibilité) à la découverte des 5 SE (surexcitabilités) et de la désintégration positive fut un excellent mélange pour avancer.

Neurophysiologie

Cette information m’a percuté solide !!

L’hypothèse qu’une gaine de myéline + épaisse transmet les informations

+ rapidement et en + grande quantité

Puisque je disais que mes parents ont eu trop de plaisir à me faire, c’est pour cela que je suis branchée sur le 440 volts !!!! Pour justifier mon intensité, je n’avais peut-être pas tort.

Surtout lorsque le médecin m’a dit que mon IRM était presque normale…

Il ne faut pas trop somatiser, sinon un bras va te pousser dans le front pour te taper sur la tête!

Fanie Lebrun – livret « L’utile de l’anodin »

Déjà, parlons science ! Résumons cela à la recherche scientifique qui publie un article révisé par les pairs qui confirme la méthodologie et les résultats (en gros).

Les résultats peuvent être surpassés par une prochaine publication issue d’une étude plus poussée !

Lorsque l’on parle d’une théorie comme celle de la désintégration positive,

« En ce sens, la théorie est le couronnement de l’enquête scientifique ; une fois établie sur la base d’une observation minutieuse des phénomènes, elle nous permet à son tour de les prédire au moyen d’une déduction rigoureuse. D’autre part, la notion de théorie porte en elle-même une valeur hautement hypothétique et spéculative : la théorie du big bang, par exemple, ou encore la théorie des cordes, sont loin d’être confirmées, et pourraient bien être supplantées par d’autres théories. »

La notion de théorie nous place ainsi face à un étrange paradoxe : la théorie, c’est à la fois la forme la plus aboutie et systématique de la connaissance scientifique, et ce qui, par essence, peut toujours être remis en question. Cet aspect incertain et provisoire de la théorie est aussi, comme l’a montré le philosophe Karl Popper, ce qui en fait la valeur… »

En savoir plus: CAIRN

N’ayant pas une équipe de recherchistes, un comité-conseil et autres, pour double valider les sources citées et vérifier pour lire les études directement, j’y vais avec la mention d’hypothèse.

De toute façon là n’est pas le but, les choses seront présentées sous forme d’hypothèse avec des sources à consulter. Point.

Un jour en pleine nuit, j’ai pleuré ma vie en m’assoyant dans le lit (la noirceur fait voir plus clair) et j’ai réalisé qu’il n’y avait aucune pilule pour ce que j’avais. Je resterais prise avec cela jusqu’à la fin de mes jours…La seule issue était de mieux comprendre pour mieux agir.

Que j’étais seule parmi des gens qui ne comprennent pas, des professionnels avec peu ou pas de connaissances et des ressources inadéquates pour m’aider.

Faites le test ! Parlez-en autour de vous pour voir l’ouverture ?! Demandez des renseignements pour en voir la pertinence ?! Surtout, mettez de la crème solaire pour affronter le désert…

Dixit Margerie Veron

Lien article Le Haut Potentiel Intellectuel : une réalité neuro-physiologique

 » l’intensité sera au rendez-vous ! Les recherches scientifiques sur la douance confirment cela par une réalité désormais indéniable : le « haut-potentiel » s’explique par une anatomie particulière au niveau cérébral.

La substance blanche doit son aspect à la gaine de myéline qui enrobe les axones. Cette gaine assure la conductivité et l’isolation électrique au niveau du système nerveux.  Tous les axones ne sont pas myélinisés, comme ceux du système nerveux autonome. Sa présence permet d’accélérer la vitesse de propagation de l’influx nerveux et donc la transmission de la communication entre les cellules nerveuses.  »

Le HPI a donc une plus grande capacité à capter l’information, mais également une plus grande réactivité en réponse au stimuli sensoriel.

wwww.margerieveron.com  

Ainsi, je comprends mieux pourquoi j’ai un rapport au monde décalé.

Pourquoi les gens me trouvent intense, bizarre, etc.

Pourquoi cela va vite tel un TGV, les pensées et les émotions se succèdent et se superposent à une vitesse fulgurante.

Encore bien d’accord avec Margerie Veron:

Gérer son cerveau à Haut Potentiel Electrique

Avec un système nerveux particulièrement excitable donc hyper-réactif, le haut potentiel a un besoin de régulation important pour ne pas s’éloigner trop rapidement de sa « fenêtre de tolérance ». L’objectif de la régulation du système nerveux est ainsi de revenir à un état où le système n’est ni hyper ni hypo activé.

Il y a un véritable lien de corrélation entre la régulation de notre système nerveux et le débit de nos pensées. Si le bouton off dont rêve parfois le haut potentiel n’existe pas, ces ressources régulatrices agissent comme un véritable variateur d’intensité.

On peut même passer pour des bipolaires à cause de l’intensité et l’amplitude des réactions.

Si je savais que les experts en santé mentale avaient une case portant sur les profils atypiques, je ferais plus facilement confiance.

Si le DSM-V n’était pas une Bible avec une prescription aussi, je tenterais le coup.

Sachant qu’il y a des moyens d’atténuer les méfaits de l’intensité et je ne crois pas qu’il y ait une pilule spécifiquement pour cela.

Le cerveau est trop complexe pour utiliser qu’une molécule (ou plusieurs) pour corriger l’intensité.

Apprendre à se connaître et à faire des choix adéquats me semble une avenue intéressante.

Les tests de QI

Combien de gens sont laissés de côté

  1. n’ayant pas les moyens de payer les dépistages et les évaluations
  2. s’ils les ont, ils doivent être sur une liste d’attente
  3. avec un QI 129 sont exclus de la fameuse appellation (mais n’en vivent pas moins les défis)
  4. ne croient aux étiquettes, mais encore ne trouvent pas leur place…

Les tests de QI ne sont pas une panacée et c’est à se demander à quoi cela sert vraiment.

Mon frère a un QI 130, mais c’est un décrocheur avec une 6e année du primaire.

Pour le comprendre à l’écrit, c’est un déchiffrage digne du KGB. Par contre, c’est un être multidimensionnel incroyable !!

S’il avait été de la période industrielle, il aurait bien servi la cause avec un QI 130, mais aujourd’hui, il est hors jeu. Le milieu scolaire n’était pas adapté et il a été éjecté.

L’utilisation à l’origine et ses dérives sont contestables.

« À partir de la fin du XVIIIe siècle, avec l’apparition de la mécanisation et de la vapeur, la révolution industrielle a introduit la concentration humaine, la production en série, la recherche de l’utilité matérielle et de la rentabilité. » – Pour lire le chapitre complet sur CAIRN

Tel que rapporté par Cécile Bost dans Surdoués : s’intégrer et s’épanouir dans le monde du travail et très bien présenté sur le site Des livres qui changent des vies

Günther Anders et l’obsolescence de l’Homme – Le Philoscope avec cette vidéo complète à découvrir et la réponse sur le QI à 5:15.

En savoir plus sur William Stern Lien article CAIRN

Aller plus en reculant dans l’histoire Lien vers Rage Culture – La Révolution Industrielle : la surpopulation vaincue par l’intelligence

Ce qui me parle plus que le QI, ce sont les 5 SE pour m’orienter dans les choix de vie.

Le calvaire de l’incompréhension est plutôt derrière moi, j’en suis à celui de l’acceptation.

Je pressens que la résignation risque d’être la voie qui m’apporte le plus de paix, vu le chemin à parcourir. Comme les arbres pionniers font le travail pour les autres à venir.

De créer du mouvement sur le sujet est déjà un début. À vous de poursuivre !

Si tu ne fais pas de place à l’abondance, il se peut qu’elle n’entre (juste) pas du tout.
Fais-le vide pour accueillir; libère-toi pour recevoir.

Fanie Lebrun – livret L’utile de l’anodin

Êtes-vous une personne intense ?

Vivez-vous les choses en format XXL ?

Interrogez-vous sur la « normalité » ?

Déjà le terme normal vient avec un standard qui lui-même en soi est questionnable.

Segundo, vivre en XXL est relatif puisque si l’on tente d’aplanir (par bienséance ou autre) les émotions exprimées en public selon un cadre donné, c’est clair que pour peu l’on déborde avec une neurophysiologie survoltée.

Stéphan Bureau (reçu « À tout peut arriver » animé par Marie-Louise Arsenault) mentionne que « tout est tellement poli, on a tellement arrondi les angles , qu’on est plus habitué beaucoup à ce qu’il y est des malaises ». Bien que les malaises soient féconds, ils sont de moins en moins tolérés et tolérables. Ainsi, les intenses ne sont pas sorti·es du bois avec leur panache d’intensité !

Tertio, justement déborder des normes, n’est-ce pas la plus belle chose à faire pour innover ? N’est-ce pas là la beauté de la chose pour s’adapter aux contextes changeants ? N’est-ce pas au final de permettre aux singularités de contribuer au monde ?

Paradoxe pour se rendre malade et guérir

On nous dit qu’il serait bien que l’on soit nous-mêmes et lorsque l’on s’y met, on nous dit que non pas comme ça.

On parle bien de santé mentale, mais on tire sur le tapis des conditions pour l’avoir.

On parle de manque de main-d’œuvre sans parler des conditions de travail.

En fait, on parle beaucoup pour faire le contraire et à se demander pourquoi que ça ne va pas bien ?

Le terme « douance » m’exaspère ! Cala frôle presque l’arnaque de par l’origine et le test de dépistage.

Mais, ce terme a quand même permis de mettre le doigt sur un monde et ses caractéristiques qui ont éclairé mes défis et fait avancer sur des voies insoupçonnées.

Donc, découvrir l’existence de la douance m’a permis de prendre la voie de la guérison, celle de la délivrance par la compréhension.

Extrait de la page Désintégration positive

Est-ce que la douance est une « arnaque »?

Ce serait fort de dire que c’est du vol, escroquerie ou duperie. Mais c’est peut-être une question de contexte qui pourrait mener à cela. Peut-être qu’en soi cela n’existe pas et le thème sert à sa cause. Les gens paient cher pou le savoir ! Déjà l’origine et l’utilisation des tests de QI pour dépister la douance laissent planer le doute. Non pas d’une possible neurodiversité, mais bien de l’utilité de la douance.

Intro au QI

William Stern (père de Günther Anders) a un intérêt pour les différences individuelles qui mène au Quotient mental et celui-ci mènera à son tour à la conception du QI divisant l’âge mental de l’enfant par son âge physique. L’intelligence mesurée en devient donc une valeur relative.

La notion de QI est toujours utilisée bien que depuis 1939, le mode de calcul change (travaux de David Wechsler) pour se baser sur la différence entre les moyennes du participant et les moyennes du groupe de référence exprimées en écart-types. Qui devient le QI standardisé basé sur la standardisation des scores par rapport à une courbe de Gauss (ou courbe normale).

Rapporté par Cécile Bost, ​ « ​le concept de surdon est une conséquence directe de l’invention, dans un contexte maintenant dépassé, des tests d’intelligence (calcul d’un quotient intellectuel, QI), Des dizaines d’années de malentendus se sont accumulées depuis la création par Alfred Binet de son fameux test de QI. ​ ​

Il faut d’abord arrêter de penser que seul le QI « fait » le surdon. Les tests de QI présente de surcroît des limites de mesures que les psychologues eux-mêmes dénoncent.

Dans le surdon, inné et acquis interagissent en permanence.

Inventé par Alfred Binet il y a plus d’un siècle et destiné à l’Éducation nationale pour aider à identifier les enfants avec des difficultés pour les soutenir dans leurs apprentissages scolaires. Dans le contexte économique du début du XXe siècle avec le recours grandissant aux machines, les tests furent un référentiel logico-mathématiques adapté aux attentes de productivité d’alors.

Le mode de calcul du QI est établi à partir d’échantillons d’enfants du même âge qui savent répondre aux mêmes questions, résoudre les mêmes problèmes. »

Cécile Bost – Être adulte surdoué – Bien vivre avec soi-même et avec les autres (p.17-18)

Mentionné par Carlos Tinoco, « Or, depuis ses origines jusqu’à aujourd’hui, l’étude de l’intelligence a été profondément conditionnée par le contexte idéologique et les enjeux politiques du moment.

(…) en 1905, Alfred Binet met sur pied, à la demande du gouvernement, la première échelle de mesure de l’intelligence; elle donnera par la suite le QI. Ces tests n’ont cessé d’évoluer jusqu’à leurs rejetons actuels (WAIS-R et WISC 4 – les plus couramment utilisés). Faute de l’intelligence en elle-même, ils évaluent certaines performances intellectuelles en action autrement dit ils établissent ce qui ne sera jamais qu’un score (…).

Aux États-Unis comme en URSS, on a lancé très tôt des programmes pour élever les « surdoués » dans des sortes de couveuses : il ne fallait pas manquer la transformation de ces super-poussins en cygnes.

(…) Enfin, il est au coeur des conceptions managériales modernes, surtout depuis qu’Elles se donnent des prétentions scientifiques, et il y a beaucoup à dénoncer dans l’arrière-plan idéologique qui sous tend les procédures actuelles de recrutement des entreprises.

Et si c’était un mythe ?

Et si le « surdouement » n’existait pas, s’il n’avait jamais été un fantasme douteux servant à des finalités inavouables ? »

Carlos Tinoco – Intelligents, trop intelligents, Les « surdoués », l’autre côté du miroir (p. 31-32)

Propulsé par WordPress.com.
%d blogueurs aiment cette page :